L’historique

Cette page retrace les débuts de l’EMN avec les différents étapes qu’elle a fait face durant ces presque 75 années d’existence.

Message de Phil Collins

J’ai entendu l’harmonie de l’Ecole de Musique de Nyon lorsqu’elle a joué au Giron des Musiques à Begnins l’année passée.

Il était très touchant de voir autant de jeunes montrer un tel intérêt pour la musique, et très impressionnant de constater que les instruments qu’ils ont choisis ne sont pas des instruments à la mode comme sur MTV, mais ceux qui sont associés à la musique traditionnelle et classique.

Je leur souhaite, ainsi qu’à toute l’Ecole, un franc succès pour leur CD et pour leur vie professionnelle future, et les encourage à choisir cette voie.

Je regrette moi-même de ne pas avoir appris à lire la musique !

Phil Collins

Les débuts de l'EMN

L’idée de créer une école de musique voit le jour en 1947. C’est le 29 avril 1948 que l’Ecole de Musique de Nyon naît officiellement. Elle est dirigée par le directeur de la fanfare municipale de Nyon, M. A. Bussard, qui en est également le professeur.

Il est demandé à la Municipalité de Nyon de garantir pour ce poste un traitement mensuel de CHF 100.- par mois, soit CHF 1’200.- par année.

Ceci est officialisé après de longs pourparlers entre le comité de la Fanfare municipale, la Municipalité et la Commission scolaire.

A la fin de sa première année, l’EMN compte déjà 38 élèves.

Le 1er janvier 1950, l’EMN devient un organe autonome et un comité provisoire est formé, sous la présidence de Robert Balik. Le 11 mars de la même année a lieu l’assemblée constitutive, dès cette date les événements vont s’enchaîner avec la première kermesse audition en juin 1951, et l’octroi d’un subside de CHF 3’700.- de la part de la Commune de Nyon en 1952.

Le 17 mai 1953 a lieu la première répétition marchante. En 1954, une classe de batterie est créée. Puis en 1955, la Fanfare et l’EMN se produisent pour la première fois ensemble.

Les 10 ans de l'EMN

En 1958, soit à l’occasion du 10ème anniversaire de l’EMN et des Fêtes du bimillénaire de Nyon, on inaugure les premiers uniformes (uniforme qui va traverser les décennies puisque c’est toujours le même qui est porté actuellement.

Le comité de patronage de cet événement important de l’histoire de l’EMN est présidé par A. Michaud, Député et Syndic de Nyon. L’année suivante on compte quelques 110 élèves et l’avenir semble assuré pour cette belle école.

Au sein de la SCMV

En 1961 c’est au tour du drapeau d’être baptisé. Il arbore un dessin crée par un élève de l’école : Jacques Moccand.

En 1963, l’école est admise au sein de la Société Cantonale des Musiques Vaudoises.

L’école est déjà très active, elle participe à plusieurs concours comme des Fêtes fédérales des musiques de Jeunes Gens, effectue des voyages en Suisse et à l’étranger. En 1964 elle participe, sous la présidence de Maurice Fleury, à la journée vaudoise de l’Exposition nationale.

Les jubilés des 25 et 30 ans

En 1973, l’EMN fête ses 25 ans avec des concerts et des auditions, et s’offre Fernand Raynaud, quelques mois avant sa mort. En 1976, elle ouvre ses portes aux filles et prend place dans le bâtiment scolaire du centre ville (où elle restera jusqu’à l’été 2002, et elle déménagera dans le bâtiment scolaire du chemin du Couchant 6).

Les années s’enchaînent et l’EMN a déjà 30 ans, nous sommes en 1978. Elle fête cet événement avec la Fanfare et une société invitée « La Poya ». Elle ne perd rien de ses ambitions et de son entrain organisant et participant à de nombreux concerts, fêtes, concours tant régionaux, suisses ou étrangers.

Amitiés Nyon-Nyons

1980 voit de grands changements au sein des responsables EMN avec le départ du président Gaston Riond qui est remplacé par Charles-André Girod, et le départ du directeur Jacques Barraud, en raison de ses obligations au sein de l’OSR, qui est remplacé par Rémy Alberti.

Le drapeau âgé de 24 ans montrant des signes de vieillesse, il est remplacé lors d’un weekend de fête somptueux réunissant des délégations de toutes les sociétés de l’USN et du giron de la Côte Ouest en mars 1985. A cette occasion Rémy Alberti compose une marche « Nouveau drapeau » qui est jouée par les deux musiques nyonnaises que sont la Fanfare et l’Ecole de musique sous la direction de Rémy, leur directeur commun. Roger Baudat prend la présidence en cette même année.

1987 voit l’EMN rejoindre la Drôme (France) et la ville Nyons pour la première fois, ceci dans le cadre de « l’Amitié Nyon-Nyons ». Les nyonnais étaient logés dans la Maison des jeunes de Vaison-la-Romaine aujourd’hui disparue dans les terribles inondations qu’a subit la région depuis. L’EMN redescendra à Nyons en 2001, année de la signature du jumelage, et en 2006 pour le 5e anniversaire. Ces moments sont d’importance dans les souvenirs de nos jeunes musiciens et des comités d’alors.

Juin 1988, année de ses 40 ans, l’EMN offre à son public de grandioses concerts de gala et part à Interlaken pour participer à la Fête fédérale des musiques de Jeunes avec son harmonie de 85 jeunes musiciennes et musiciens.

L'association des anciens de l'EMN

En 1991, une joyeuse équipe d’anciens élèves de l’EMN décide de fonder l’Association des Anciens : Gérald Bussy, Denis Christinet, Claude Crot, Pierre Haldimann et Jacques Ropraz se lancent dans la recherche des quelques 1’033 anciens recensés, et créent un fichier informatique ceci avec l’aide de M. J.-R. Bolli et Mmes Madeleine Bussy, Ursula Christinet et Arlette Haldimann. C’est le 10 septembre 1993 qu’est fixée l’assemblée constitutive en la grande salle de Crans. Cette association a pour buts :

  1. de maintenir et fortifier les liens formés à l’EMN,
  2. intéresser ses membres à tout ce qui touche à la vie de l’EMN,
  3. encourager les élèves et favoriser le développement de l’EMN,
  4. soutenir financièrement l’EMN.

Cette association toujours en activité aujourd’hui sous la présidence de Charles-André Girod, soutient l’EMN afin de lui aider à faire face à certains besoins financiers : séminaires musicaux, achats des serviettes à partitions, des polos et jaquettes, des chemises et parrainage d’élèves lors de voyages ou déplacements nécessitant la participation financière des familles membres, etc.

Les 700 ans de la Confédération

1991 voit un programme plutôt chargé pour les musiciens de l’harmonie qui vont assumer neuf services en quatre mois à l’occasion du 700e anniversaire de la Confédération suisse.

C’est par une demoiselle tambour-major, Catherine Jelk, que l’ensemble EMN emmène en août 1992, le cortège du 100e anniversaire de la SCMV – Société Cantonale des Musiques Vaudoises  à travers les rues de Montreux sous les ovations d’un public charmé visuellement et musicalement.

En 1993, nous revoilà à la Fête fédérale des musiques de Jeunes à Frauenfeld, seuls représentants vaudois en terre thurgovienne. Les participants garderont un souvenir mémorable de ce weekend musical. L’EMN a participé à toutes les éditions de cette fête nationale. Cette même année l’EMN a participé, en tant que marraine, à l’inauguration du drapeau de l’Ecole de Musique de la ville de Lausanne.

C’est dans une atmosphère particulière que l’EMN et ses musiciens ont donné leurs concerts de gala de mars 1994, leur bien-aimé directeur Rémy Alberti ayant émis le désir de poser la baguette de chef après 14 ans de direction. Rémy a été fêté avec beaucoup d’émotion à l’occasion de ces deux concerts. Il devait nous quitter quelques semaines plus tard, le 26 juin.

Photo : Michel Perret lors du concert de Gala en 2019 au Théâtre de Marens à Nyon

Jean-Claude Bloch nommé directeur

Jean-Claude Bloch, professeur de cuivres depuis 1991 et déjà directeur de l’harmonie de l’EMN depuis juin 1994, est alors nommé directeur de l’Ecole de Musique de Nyon et prend sa fonction à la rentrée scolaire de septembre. La marche composée par Rémy Alberti, « Rouge et bleu », sera jouée lors des prochains galas de 1995, ceci en hommage à son prédécesseur.

L’EMN a été dirigée depuis sa création en 1948 par 6 directeurs : MM. Bussard, Schalk, Durot, Barraud, Alberti et Bloch qui est le directeur actuel de l’Ecole.

En 1995, l’EMN organise, en collaboration avec l’EM de Rolle et environs et l’EM de Coppet, la 1ère Rencontre Romande des Musiques de Jeunes du Signal-de-Bougy alors que Jacques de Miéville reprend la présidence de notre belle école.

Les activités de l’EMN continuent sur le même élan avec toujours des nouveautés à proposer : 1996 verra la première prestation de la classe de percussions lors des galas, première prestation également des classes d’initiation musicale et intégration des jeunes musiciens de l’EM de Coppet au sein de l’harmonie EMN, fruit d’une bonne collaboration entre les écoles.

A préciser qu’en cette année 1996, soit 20 ans après l’admission des premières filles au sein de l’école, l’effectif se monte à 140 membres dont la moitié sont des filles !

Le 50ème de l'EMN et l'inauguration du logo

Dès janvier 1997, un comité d’organisation du Jubilé du 50e anniversaire EMN est mis sur pied. Cet anniversaire sera fêté par la sortie en décembre 1997 d’un CD enregistré en studio, parallèlement à l’inauguration du nouveau logo (logo actuel), création de Lionel Blaser, élève EMN. Les nouvelles chemises sont co-financées par l’Association des Anciens de l’EMN et les Coopératrices féminines de Nyon. Dans cette belle tenue, l’EMN participera ensuite à la Fête cantonale des musiques vaudoises de Granges-Marnand, et partira 4 jours en Alsace pour des aventures musicales et récréatives.

Les 50 ans passés avec allégresse, l’EMN a remis le cap sur ses missions. Tout d’abord en obtenant, grâce à la détermination de son président Jacques de Miéville, la reconnaissance des communes au travers d’un soutien de CHF 1.-/habitant auprès de l’Assemblée des Syndics du District de Nyon de l’automne 2000 ; et avec l’ouverture de ses premières classes décentralisées sur la commune de Gland.

La Fête fédérale de lutte et jeux alpestres a eu lieu à Nyon à l’été 2001. L’EMN a été la cheville ouvrière au sein de la commission « musique et animations » du comité d’organisation. Elle a aussi été la musique officielle de cette fête aux côtés de la Fanfare municipale. Beaucoup de travail, mais une commission heureuse du travail accompli et du résultat qui a été relevé par plus d’un « comme la plus belle fête fédérale » à ce jour …

C’est Michel Darbre qui reprendra la présidence EMN en avril de cette même année.

Les 700 ans du Canton de Vaud

2003, année du 700e anniversaire du canton de Vaud, verra la création par l’Ecole de Musique de Nyon, en collaboration avec l’Ecole de Musique de Rolle et Environs et l’Ecole de Musique de Coppet, du spectacle « Croisière en vaud », spectacle dont la mise en scène a été confiée à Gérard Demierre, sur des textes d’Emile Gardaz et la musique de Nicolaï Schlupp et Jean-Pierre Hartmann. A cette occasion le site du Signal-de-Bougy s’est transformé en port de départ de notre croisière à bord du « Derborence », paquebot grandeur nature sur le pont duquel a pris place notre harmonie de 100 musiciens-passagers, alors que nos percussionnistes-matelots étaient installés sur les passerelles à 8 mètres de haut, et que nos tambours-machinistes fonctionnaient dans la coque du bateau dont le nez s’est ouvert au moment de la panne moteur … histoire de les voir à l’œuvre…

Ce spectacle accompagné d’un banquet et d’animations a affiché « complet » à 6 reprises sous un ciel étoilé dans le cadre féérique du Signal-de-Bougy.

Le 60ème Giron des musiques de La Côte

Le 60e Giron des Musiques de la Côte Ouest est organisé les 5, 6 et 7 mai 2006 par l’EMN qui se démène pour monter une fête haute en rires, couleurs, chants, musiques et spectacles de qualité. Le chœur « Café Café », accompagné par l’Harmonie de Perroy et leurs directeurs Pierre Huwiler et Jean-Claude Bloch, a donné quatre représentations à guichet fermé du spectacle-concert « Les Francetivités ». Quant aux fanfares, elles se sont démenées pour monter des shows musicaux de haut niveau qui ont été soumis à l’appréciation d’un jury musical et d’un jury populaire, prestations qui ont été applaudies par le public enthousiaste d’une grande salle archipleine permettant aux organisateurs et à la commune de Chéserex d’afficher une belle satisfaction.

Sur les pas de Tintin

2009 verra notre départ « sur les pas de Tintin » et sous la présidence de Nicole Krummenacher… en direction de Bruxelles !

Ce voyage musical et culturel fera découvrir à nos jeunes nyonnais la vie de Hergé et de Tintin (Nyon et la région étant une étape importante dans la vie d’Hergé), tout en découvrant la Belgique, Bruxelles et ses musées (musée de l’aérospatiale / la ville de M. Adolphe Sax : Dinant (M. Sax est l’inventeur des saxophones, baryton-alto-euphoniums) / musée des vieux instruments de musique / musée Hergé).

Et dire encore que nous logions à l’Auberge Jacques Brel et que nos concerts ont rencontré un bel étonnement et un intérêt certain de la part des bruxellois.

Falaise

En 2012, départ pour la Normandie, la ville de Falaise plus particulièrement. Falaise est une ville qui a énormément souffert lors de la dernière guerre. A cette époque des enfants de Falaise sont venus dans des familles de Nyon et de la région pour se « mettre à l’abri » des événements tragiques qui se passaient chez eux. A leur retour, ils ont écrit à leurs familles nyonnaises pour dire que chez eux c’était la désolation totale, tout était détruit. Nyon a alors envoyé un train de 10 wagons chargés de matériaux de construction, de nourriture, de vêtements et d’argent.

Ce train est, grâce à une bonne étoile, arrivé à Falaise sans être pillé. Il a redonné l’espoir et la volonté de redémarrer aux fallaisiens. Il y a une rue de Nyon à Falaise. Et quand les nyonnais reviennent chez eux, les journaux titrent « Les nyonnais sont de retour ». Imaginez donc les émotions vécues en visitant les divers lieux et musées chargés d’histoire, en partageant notre musique avec les musiciens de Falaise, en offrant un cortège et divers concerts, en partageant les histoires et souvenirs des anciens qui ont vécu la guerre, et celles de ceux qui sont venus sur Nyon …

Article paru le 10 mai 2012 dans le journal du Quotidien La Côte

Conte musical créé par des élèves

A cette occasion, Chloé Muehlemann et Amanda Girod ont écrit un conte musical (texte et musique), une pièce de 20’ qui a été contée par Daniel Fischer (ami de l’EMN et voix de l’adulte) et Marcos Cabanas (élève EMN et voix de l’enfant).

Cette composition constituait le travail de Maturité de Chloé et Amanda au Gymnase de Nyon. Georges Metzener a également souhaité rendre hommage aux falaisiens en écrivant une pièce de percussions qui retrace avec émotions les tensions d’avant guerre, les drames et bombardements, l’annonce de la paix revenue et la vie qui reprend son cours.

Ce message d’espoir et de vie joué par nos percussionnistes et conté par Elise Kellenberger a donné les frissons à plus d’un …

Mise en place de la LEM

Au travers des années qui passent les mentalités changent, mais l’objectif de l’EMN reste celui des pionniers de la société qui est « d’assurer un enseignement musical de qualité accessible à tous les jeunes de Nyon et environs ». La LEM, nouvelle loi vaudoise sur l’enseignement de la musique est mise en oeuvre et l’EMN reçoit une totale reconnaissance dans le cadre donné. Enseigner la musique devient un vrai métier reconnu, même si la Loi est et reste à construire et à mettre en application dans une évolution qui va demander des années … et qui ne sera en fait jamais terminée !

Il faut, c’est important, relever la confiance qui nous est ici témoignée par les, Députés du Grand Conseil Vaudois et les autorités de nos communes.

Les 65 ans de l'EMN

L’EMN fête ses 65 ans (1948-2013). Sa priorité en cette année 2013 est la mise en œuvre de la nouvelle LEM (Loi vaudoise sur les écoles de la musique), son dossier de reconnaissance et la mise en application de ses articles et règlements. Un grand défi pour notre milieu musical qui va enfin permettre de reconnaître les musiciens dans leurs activités professionnelles au niveau de l’enseignement. Et un grand et beau défi aussi et peut-être même surtout pour votre comité EMN en place qui doit assumer cette révolution attendue depuis des décennies sur le canton de Vaud.

Elle entame aussi une période difficile de transition au niveau de ses locaux nyonnais et va devoir être pas mal bousculée dans les quelques années à venir, ceci en attendant que la ville de Nyon, comme elle l’a promis, ne la reloge de manière pérenne et indépendante dans Ses nouveaux locaux.

Parallèlement, et en guise de cadeau pour ses 65 ans, à l’heure ou communication et vitrine de promotion sont des éléments essentiels de la vie et de la pérennité de nos écoles, l’EMN et son comité souhaitent vous offrir son nouveau site internet.

La Face cachée du Léman

Juin 2015 voit la création, dans l’ambition de partager un événement d’importance avec sa société mère, de « LA FACE CACHEE DU LEMAN ». Spectacle théâtre et musique qui se décline en 6 représentations plus une avant-première publique au Domaine du Truel, chez la famille Marcel et Maurice Gay. Plus de 2’000 personnes viennent assister à ce spectacle et en ressortent « bluffés », selon un qualificatif souvent annoncé.

Mise en scène : Gérard Demierre et Philippe Laedermann.

Script : Blaise Hofmann.

Musique : Etienne Crausaz.

Comédiens : Improvizanyon, Musiciennes et Musiciens de l’Ecole de Musique de Nyon et de la Fanfare municipale de Nyon.

L'étendue de son offre

En janvier 2013, l’EMN vit une nouvelle belle étape de son histoire avec l’engagement, comme professeure de clarinette, l’une de ses anciennes élèves : Emilie Duss. En septembre 2015, c’est Mélissa Krummenacher, qui entre comme professeure de solfège alors qu’elle évolue en professionnelle à la trompette. Elles suivent les traces de l’Ancien élève Georges Metzener qui lui aussi est devenu professeur en septembre 1980, de tambour tout d’abord et de percussions ensuite.

L’EMN ouvre des cours de musique actuelle et d’improvisation avec l’ouverture de ses classes de guitares électriques et basse et piano actuel. Le piano classique entre également dans le catalogue des cours dispensés par notre école. Alors que des cours d’Initiation musicale ont été ouvert à Trélex, dans la salle de rythmique de La Farandole en 2015, et que l’EMN enseigne toujours sur Gland, au collège des Perrerets depuis de plusieurs années.

Ceci répond aux ambitions de certain-e-s de nos élèves qui souhaitent viser les voies professionnelles (l’EMN accompagnant ses élèves jusqu’au Certificat FEM- fin de parcours amateur et portes des hautes écoles), et à compléter nos besoins dans les orchestres. 

Des nouveaux locaux à Nyon

En octobre 2017 voit l’EMN, comme promis par la ville de Nyon, s’installer dans ses nouveaux locaux du Chemin du Couchant 1, dans la nouvelle Ecole du Couchant : 8 studios de cours, 2 salles de classe 1 salle de répétitions de 150 m2 partagée avec les écoles et UAPE, 2 bureaux administratifs, un abri d’entreposage logistique et d’archivage sont désormais et de manière pérenne les lieux de vie nyonnais de l’EMN.

Le 17 mars 2018, la nouvelle école du Couchant est inaugurée lors d’une grande fête où les 240 élèves de l’école du Couchant et les musiciens EMN  se partagent l’affiche dans des productions et activités diverses. Relevons les prestations communes « musique et chant » données lors de la partie officielle en présence de Mme Cesla Amarelle, Conseillère d’Etat; et la création de l’oeuvre graphique (peintures au sol dans tous les étages du bâtiment) et musicale … dont les musiciens EMN sont les acteurs « sonores ».

Les 70 ans et inauguration de nouvelles tenues

Le soir de ce 17 mars, et le lendemain 18 mars, l’EMN fête ses 70 ans en inaugurant ses nouvelles tenues : de magnifiques nouvelles chemises plus faciles à repasser pour les mamans, des nouveaux polos agréables à porter pour les élèves, des cravates qui apportent fraîcheur à l’uniforme tout en préservant l’histoire et des gilets très « classe » pour nos percussionnistes !

L’uniforme bleu, quant à lui, perdure et traverse les générations dans une qualité et tenue des plus surprenante, tout en bénéficiant d’un visuel encore très actuel.

Départs de certains professeurs

En juillet 2018, nous souhaitons une belle et longue retraite à notre professeur de trombone et cuivres graves Bernard Trinchan, alors que juillet 2019 voit le départ en retraire de Georges Metzener, Doyen et professeur de tambour et percussions. Pour remplacer ce dernier nous devons faire appel à Félix Bettems qui est un ancien élève EMN et donc de Georges.

Florian Spirito reste lui professeur et devient Doyen de nos classes tambour-percussions. La volonté étant de préserver impérativement le lien en ces deux instruments tellement spécifiques et pourtant intimement liés. Les nouveaux professeurs engagés répondent totalement à cette vision et à notre volonté de promouvoir encore et encore le tambour.

Les débuts de la pandémie

En 2020 l’EMN, comme toutes les sociétés dans le monde, entre avec frayeur dans la pandémie du COVID-19. Des temps irréels, où contraintes et restrictions vont devenir le quotidien de chacun-e. Les concerts de gala de mars sont prêts, l’EMN effectue avec brio la première répétition générale sur la scène du théâtre de Marens, le comité et les élèves restent positifs jusqu’au bout mais la sentence tombe : la Suisse et le monde entrent en confinement total.

Les espoirs de toutes et tous tombent et chacun-e doit se plier à ces directives émises par le Conseil fédéral lors d’une conférence de presse qui sera suivie par de nombreuses autres hebdomadaires qui, chacune, apporteront de mauvaises nouvelles pendant de nombreux mois, même si nous ne l’imaginons pas encore.

Projets avec Neuchâtel

L’EMN ne prendra donc pas l’accent neuchâtelois pour notre plus grande tristesse. Tous les services seront annulés, les cours comme les auditions se feront (ou ne se feront pas) sans public et en visio désormais et jusqu’à nouvel ordre. Même les séances de comité seront en visio conformément aux directives fédérales. Port du masque, désinfection des mains et du mobiliers, distanciation souvent inapplicable (car il faudrait un terrain de football pour répéter avec l’OdH), annulation de répétitions et services, déplacement des examens, etc seront le quotidien de l’EMN et des ensembles de musique.

Le Palmarès de 2021 sera le prochain rendez-vous en public réalisé selon les règles sanitaires. Le défi est, en ces temps de pandémie, de maintenir l’enthousiasme des jeunes élèves, d’appliques les directives sanitaires pour toutes les activités, et d’arriver à faire la promotion de la rentrée avec toutes les contraintes imposées.

Lors du concert de Gala (2019 à Nyon), Nicole Krummenacher présidente d’honneur (à d.) et Jean-Claude Bloch actuel directeur pédagogique (à g.)

Un nouveau comité, un nouveau départ

Mai 2021 verra aussi venir son AG à nouveau en présentiel et le départ de plusieurs membres du comité : Michel Wagnières, Stefan Kellenberger, Olivier Monge et Nicole Krummenacher. La commission loto annonce aussi son arrêt : Frédéric Joly, Pascal Eggimann, Isabelle Kellenberger ne renouvellent pas leur mandat.

Tout le monde profite de ce temps d’arrêt et de forte limitation des activités pour passer le relai à un nouveau comité composé de : Stéphane et Barbara Martin, Nathalie Jolion et Nisha Daeppen au niveau du CODIR, et Marc Léopoldoff, Johan Crocoll et Vincent Jolion pour le COMA, Karen Gobalet, Sophie Berlie et Séverine Gautier comme membre satellite alors que d’autres collaborateurs doivent être trouvés. Olivier Monge reste en fonction pour la gestion des carnets de sociétaires (SCMV-ASM, URTF) et la base Hitobito, alors qu’Ana Berger reste à disposition pour le loto, mais après l’annulation des éditions de 2020 et 2021, nous craignons de ne pas voir les lotos reprendre prochainement.

Il faut relever que les finances EMN et l’effectif des élèves sont à un excellent niveau, ce qui permet aussi aux anciens de quitter sereinement leurs activités et responsabilités.

Stéphane Martin est le président actuel de l’EMN.

Le navire EMN vers de nouvelles aventures !

Texte arrêtée le 21 décembre 2021, par Nicole Krummenacher

Président-e-s et directeurs

Les président-e-s

BALIK Robert (1948-1954) †
FLEURY Maurice (1954-1964) †
BARBEZAT Pierre (1964-1970) †
CUJEAN Raymond (1970-1975) †
RIOND Gaston (1975-1980) †
GIROD Charles-André (1980-1985)
BAUDAT Roger (1985-1995)
DE MIEVILLE Jacques (1995-2001) †
DARBRE Michel (2001-2009)
KRUMMENACHER Nicole (2009 – 2021)

MARTIN Stéphane (2021 – …)

Situation, mai 2021, lors de l’AG 2021

Les directeurs

BUSSARD Alexis (1947/8 – 1950) †
SCHALK Marcel (1950 – 1960) †
DUROT Léon (1960 – 1977) †
BARRAUD Jacques (1977 – 1980)
ALBERTI Rémy (1980 – 1994) †

BLOCH Jean-Claude (1994 – …)

Comité d’honneur

Les président-e-s

RIOND Gaston †
BAUDAT Roger
DE MIEVILLE Jacques †
DARBRE Michel
KRUMMENACHER Nicole

Les membres

BARBEZAT Pierre †
BARRAUD Jacques
BAUDIN Didier
BLOCH Ariane
BLUMENSTEIN Alain
BORY Martine
BROUZE Yolanda
CHESAUX Geneviève
CROT Claude †
CURDY PERERA Michelle
CUJEAN Raymond †
DE MIEVILLE Anne-Marie †
DEPALLENS Dominique
DIVORNE Claude
DUBREZ Philippe
GAY Maurice
GIANINA Marie
GIANINA Roland †
GIRARDET Raymond
GRAND Carine
GRÜTER-BOHREN Mirta
HALDIMANN Arlette
HOHL Alfred †
KELLENBERGER Stefan
MÜHLEMANN Eric
MONGE Olivier
OGAY Henri-Robert
PERRIN Claude
PIOT Antoinette
SCHACHER Catherine
SCHMUTZ Jean
SCHUMACHER Madeleine
STAUFFER Béatrice
STRAMBO Gian-Carlo
THUILLARD Guy-François
TINEMBART Marc-André †
WAGNIERES Michel
WEISSKOPF Béatrice
WÜST Gilbert